ASSOCIATION LES AMIS DE MACARIO VITALIS ( les-amis-de-vitalis@ecomail.bzh)

BULLETIN N°1 – octobre 2020

[1] transcription du demi-périmètre du tableau (exprimé en cm2) dans une table de transition exprimant le nombre de points : 1 point équivaut à 38 cm2 de demi-périmètre, … mais la table des points n’est pas linéaire !

VITALIS DANS LE MARCHÉ DE L’ART

DES VENTES DE « VITALIS » QUI SE DÉVELOPPENT DEPUIS SEPT ANS

La première apparition d’un tableau de VITALIS en salle des ventes (selon les bases disponibles sur internet) remonte au 3 juillet 1987, dans la fameuse maison Christie’s de Londres. Mais la vente échouera (une nature morte représentant un bouquet de fleurs peint en 1938). Suit un an plus tard, en juin 1988, la mise en vente d’un tableau de 1924 (donc de la période américaine de VITALIS, que nous ne connaissons pas – image non disponible) dans une autre fameuse maison de ventes, Sotheby’s de New-York. Là encore sans succès. A noter que VITALIS était encore vivant à ces deux moments. 

Pendant les années 1990 et 2000, les présentations et les ventes de tableaux de VITALIS sont sporadiques (1 à 7 tableaux par an), sans grand emballement sur les prix. Arrive l’année 2012, durant laquelle 18 tableaux ont été présentés à la vente, pour un total de 22.000 euros. Survient surtout 2013, le point de bascule : les 21 tableaux présentés sont vendus pour une somme globale de 144.000 euros. Depuis lors, ce sont 20 à 35 tableaux qui sont proposés par an dans les salles des ventes du monde. 

Ainsi, de 1991 à avril 2020 (dernière date de ventes examinée), 261 tableaux de VITALIS ont été présentés en salle d’enchères et leur vente a engendré la somme de 1,020 millions d’euros ! Des maisons anglo-saxonnes, allemandes, néerlandaises ou belges proposent des VITALIS, mais le « marché du VITALIS » est dominé par les maisons de ventes philippines et françaises, et plus particulièrement trois d’entre elles : la Leon Gallery à Makati City (ville proche de Manille), ADER & Nordman à Paris et Salcedo Auction à Makati City.


UNE ENVOLÉE DES PRIX DEPUIS 2013

La valeur d’un tableau s’exprime communément en « point » [1] . Il s’agit d’une mesure admise pour apprécier le marché d’un artiste, surtout de son vivant. Mais, ce n’est pas la panacée : la qualité de l’œuvre, son thème, sa période, sont des aspects tout aussi primordiaux.

Entre 1991 et 1999, la valeur du point VITALIS s’établit en moyenne à 76 euros. De 2000 à 2012, le valeur moyenne du point s’élève à 170 euros. Depuis 2013 jusqu’à aujourd’hui, la valeur moyenne du point pour un tableau de VITALIS s’établit à 550 euros ! Outre la valeur artistique des œuvres de VITALIS, le phénomène serait lié à l’engouement de riches philippins qui souhaitent acheter tous les VITALIS qui se présentent. A titre d’illustration, les dix tableaux de VITALIS proposés par la maison de ventes Adjug’Art de Brest en décembre 2019 ont été acquis par une seule personne philippine, pour la coquette somme de 56.000 euros.



DES TABLEAUX QUI ATTEIGNENT DES COTES SUBSTANTIELLES

Après ces premières lignes, je vous sens impatient de découvrir les tableaux ayant obtenu les plus beaux prix !? Les voici donc ci-après.

1°) LES DEVOIRS – 1950 : vendu 37.642 euros le 28 septembre 2013 par la Leon Gallery

Les devoirs – 1950 (voir fiche 1950-6)

C’est un tableau de bonne taille (63 cm de hauteur x 80 cm de largeur), une huile sur carton. Le bleu de la table est éclatant, il s’allie au vert décliné alentours, quand la robe rouge de la maman met en valeur l’élève studieux du premier plan. Regardez bien : la signature de VITALIS est accrochée au coin haut droit de la table … Ce tableau a été présenté deux fois à la vente : le 6 avril 2013, il est vendu à Drouot par la maison ADER au prix de 4.000 euros. Cinq mois plus tard seulement, la Leon Gallery le revend 37.600 euros (une autre source évoque même 43.370 euros !). Il est des spéculateurs au nez creux !


2°) AMAZONS – 1960 : vendu 35.392 euros le 22 mars 2014 par la Leon Gallery 

Amazones – 1960 (voir fiche 1960-1)

Le tableau n’a été présenté qu’une fois à la vente, et son prix s’est envolé : estimé 10.000 USD, il a été vendu 49.000 USD ! Une fois encore, c’est aux Philippines à la Leon Gallery que cette vente record s’est déroulée. C’est un tableau de grande taille (97 cm de hauteur pour 1,52 m de largeur). Il n’est pas signé, seulement daté ’60, mais c‘est incontestablement le style de VITALIS.


3°) CHIENS DE CHASSE DANS UN INTÉRIEUR – 1939 : vendu 30.000 euros le 1er juillet 2015 par Boisgirard-Antonini (Paris)

Chiens de chasse dans un intérieur – 1939 (voir fiche 1939-1)

C’est un tableau étonnant à bien des égards. Il surprend par son style, classique et figuratif : le style Montmartre-École de Paris. Le thème est tout autant déroutant : onze chiens de chasse dans un salon. Cela n’est pas banal. Et son histoire enfin : ce tableau a été trouvé sur le trottoir d’une rue de Paris. L’heureux découvreur est allé le faire expertiser dans une maison de vente aux alentours de Drouot. Il s’est adressé à une perrosienne, spécialiste de l’École de Paris, qui a de suite reconnu un VITALIS et s’est empressée de l’acheter ! Estimé à 3.000 euros, il est parti dix fois plus cher, à 30.000 euros ! Ne jetez jamais vos VITALIS !


4°) A MARINA – 1969 : vendu 28.624 euros le 29 novembre 2014 par Leon Gallery

1969-1-A-Marina

A marina – 1969 (voir fiche 1969-1)

Comme représenté ci-dessus, c’est un très grand tableau, réalisé en 1969. Une fois encore, VITALIS se montre maître dans l’exploitation de la couleur jaune. Le titre, « un port de plaisance », surprend car le tableau semble plutôt représenter une assemblée de personnages. Je n’ai pas trouvé d’autre traduction, même dans un sens religieux. Si vous avez des idées …


5°) LEVER DE SOLEIL SUR LE PORT – 1954 : vendu 22.000 euros le 11 décembre 2013 par ADER & Nordman

1954-3-Leve-de-soleil-sur-le-port

Lever de soleil sur le port – 1954 (voir fiche 1954-3)

C’est un tableau de bonne taille (73 cm de hauteur x 92 cm de largeur), une huile sur toile, signée et datée ‘54. Quand je vous parlais du jaune VITALIS, n’est-ce pas ? Nous sommes ici face à un tableau cubiste et impressionniste à la fois. Et le titre est cette fois-ci incontestable.


Le bulletin est également disponible en téléchargement.