Banniere-Biographie
Logo-Buste-Vitalis-par-Lucien-Prigent-

Les repères biographiques sont repris de l’article « Macario Vitalis – peintre de la Bretagne (1898-1989) » du professeur Yves COATIVY, paru dans les Cahiers de l’Iroise n°221 – juillet-décembre 2015 (voir article complet en bas de page). Jusqu’à l’installation à Plestin-les-Grèves à la fin des années 1950, la biographie de VITALIS demeure imparfaite. Un travail avec le professeur Coativy est en cours de réalisation.

  • 8 mars 1898 (ou 1897, comme l’indiquent les documents de l’immigration américaine ?) naissance de Macario VITALIS, fils d’Andréa VITALIS et Laura CRUZ, à Lapog (aujourd’hui San Juan), région Ilocos Sur des Philippines. Disposant d’un magasin, ses parents appartenaient à la classe moyenne. VITALIS fait sa scolarité à Lapog (primaire et collège), puis à Vigan (lycée). Durant ce temps, sont nés son frère Estolito (septembre 1901) et sa soeur Segundina CRUZ VITALIS (janvier 1013) ;
  • VITALIS quitte seul les Philippines pour les États-Unis, où il débarque le 20 juin 1918 à San Francisco. Il étudie à l’École des beaux-arts de San Francisco (Californie) de 1920 à 1922, puis à celle de Philadelphie (Pennsylvanie) de 1923 à 1924. Pour payer ses études, VITALIS travaille, notamment dans des palaces comme liftier ;
  • après un possible passage par Londres, VITALIS arrive à Paris en août 1925. Il s’installe à Montmartre, qu’il arpente (ainsi que le Pont des Arts) comme artiste (nombreux dessins de cette période). Ce sont des années financièrement très difficiles ;
  • à partir de 1935, VITALIS s’installe à Puteaux (92 Hauts-de-Seine), où il fait la rencontre de l’amateur d’art et amis des artistes Camille RENAULT (voir menu Liens utiles ) et rencontre le groupe cubiste de Puteaux (la Section d’Or), et particulièrement le peintre Jacques VILLON (voir menu Liens utiles) qui aura une grande influence sur l’œuvre de VITALIS ;
  • VITALIS est arrêté par les allemands en 1941 et enfermé dans un stalag à Compiègne jusqu’en août 1944. Son arrestation était liée à sa nationalité américaine, les Philippines appartenant aux États-Unis de 1898 à 1946 ;à partir de 1945, VITALIS loge chez son ami Camille RENAULT, dans une chambre de bonne au-dessus du fameux restaurant « Big Boy ». C’est dans ce restaurant qu’il expose et vend ses toiles. Il fait partie « de la famille » ;
  • VITALIS découvre à l’été 1946 la ville de Plestin-les-Grèves, dans le Trégor breton, comme accompagnateur d’une colonie de vacances de la ville de Puteaux (il pourrait cependant avoir fait un séjour à Locquirec en 1938, comme l’indique un de ses tableaux). Par la suite, il effectue plusieurs courts séjours à Plestin-les-Grèves, de 1947 à 1956 ;
  • VITALIS s’installe définitivement à Plestin-les-Grèves en 1957 ;VITALIS découvre à Paris la troupe philippine de danse « Bayanihan » à la fin de l’année 1962. Il assiste à toutes leurs représentations et sympathise avec la troupe. Fin 1962, il embarque avec la troupe de danse pour les Philippines. C’est son premier retour dans son pays natal depuis 1918 ;
  • Janvier 1963 : une exposition est organisée à Manille ;
  • installation de VITALIS en 1965 dans la maison de Guergay (lieu-dit de Plestin-les-Grèves), où il résidera jusqu’à son départ définitif vers les Philippines (mars 1988) ;
  • décès de VITALIS le 8 juin 1989 dans son pays natal, quelques mois après sa sœur. Ils sont tous deux enterrés côte-à-côte.


L’intégralité de cet article, le plus complet à ce jour sur la vie et l’œuvre de VITALIS, est accessible ici avec l’aimable autorisation de l’auteur et de la Société d’Études de Brest et du Léon (SEBL).